Le Livre des Morts, les textes de Xavier Malbreil

 

Prélude

Je suis né à Caracas,
et à Toronto,
et à Casablanca,
et à Winnipeg,
et à Vancouver,
et à Tbilissi,
et à Samarkand,

je suis une femme,
je suis un homme,
je suis riche, je suis pauvre,
je ne suis pas encore sorti du ventre de ma mère,
je suis mort depuis si longtemps
que je ne me souviens pas d'avoir vécu

dans bien des pays, j'ai chanté,
crié et pleuré,
dans bien des langues,
des sonorités nouvelles ont empli mes oreilles
mais ici
aucune ne fait vibrer l'air,
quel est cet endroit
que je ne reconnais pas,
quel est-il
où rien ne m'est familier,
j’ai tant de choses à faire,
tant de problèmes à régler

ma voiture est mal garée,
j'ai oublié d'éteindre le gaz
le soleil va abîmer les boiseries de mon salon
je dois tirer les rideaux
et payer mes crédits
mes enfants me réclament
bien des fils de ma vie sont encore au métier

je suis un pérégrin qui cherche sa voie et
qui vous dis
s'il vous plaît aidez-moi
qui que vous soyez
écoutez-moi, entendez-moi
sur le chemin de la parole je suis perdu
je ne sais plus dans quelle langue je parlais
avec quels mots j'aurais dit
quel est cet endroit?
où suis-je?
quand pourrai-je m'en aller?
quand serai-je de retour parmi les miens?

Chapitre I : Etonnement

, et si moi
suis bien là, les autres,
où sont-ils,
cachés, ou bien enterrés, ou bien aspirés par le ciel,
ou frappés par le tonnerre,
ne m'ont pas prévenu,
se sont écartés tout d'un coup
m'ont quitté, fui, m'ont échappé, se sont couverts d'une
chape,
se sont ouverts dans le branchage, alors
si seul
je devrai faire ce chemin,
pourquoi m'étonner
je le savais,
le monde était une illusion
il n'y avait que

Chapitre II : Chute

cette lutte horizontale avec la chute
ce corps qui tombe
et va se résoudre en limon,
calcaire, tourbe,
pétrole, gaz, charbon, gluante mare,
noire et visqueuse,
huile de lampe, souvenir de massue ou de courant d'air,
cérumen ou feu d'étoiles,
gisant de lombrics ou de bouts de mots,
cette chute horizontale qui n'en finit pas, oh
dites-moi, vous qui êtes déjà là,
dites-moi quant tout un je toucherai le sol
ou peut-être

Chapitre III : Animaux

au fond,
les animaux qui m'attendent,
ces esprits animés, pour
me dépecer, me décharner,
me déterrer, me rendre terre,
pics, crocs, mandibules, pointes, saillies, becs, vrilles,
commencent par les yeux
rentrent dans le crâne
mangent ma cervelle
m'acculent dans tous les coins
m'empêchent d'accumuler
me battent charpie
me dépiautent, dépècent,
m'éparpillent, me départissent
me dispersent,
ô mes parties

Chapitre IV : Désolation

retournent ma peau,
me dégantent,
mon corps lacinié
était-il fait de matière quelconque,
mon champ de bataille,
mes organes mis à nu
étaient-ils liés,
chaque pore soufflant feu,
rendant gorge, donnant forge cuite,
chaque recoin d'immeuble pour porter la guerre,
vers d'un autre,
l'ire,
c'était l'horreur machinale,
l'informe en train de naître
du tas de décombre

Chapitre V : Reconstruction

je sortirai,
si seulement je les retrouve
mes mains, mes bras, mes cheveux, mes peaux, toutes les peaux de ma vie,
mes esprits animés
dites-moi
si je peux en toute raison l'espérer
ou bien si je dois me tourner vers autre chose,
un inconnu de moi, une vie d'avant la vie,
un mariage avec les acides aminés,
dites-moi mes ancêtres
si je volerai de nouveau comme vous,
gratterai le sol de mes sabots, mangerai à même la terre,
me roulerai dans la fange,
dites-moi comment l'appeler,
cet état

Chapitre VI : Abstraction

qui plus jamais ne sera moi,
j'en ai peur,
oui j'en pleure,
de la pointe de mon nez jusqu'au centre de mes yeux
il y a un triangle,
mes dents sont rectangulaires, mes pupilles rondes, mes électrons insaisissables,
et si c'était cela,
si je devais me transformer en idée, chiffre, concept, formule,
si je devenais le pourtour d'une pensée,
si je me coulais dans un mécanisme,
si je devenais l'intérieur d'un atome,
la structure d'une molécule,
l'architecture d'une galaxie,
oui, dites-moi, est-ce cela que je suis en train de

Chapitre VII : Renaissance

vivre,
de nouveau
sans que rien ne m'y ait préparé, cette
enfin
forme de vie
qui est immanence,
souffle du vent comme peau de poisson,
écorce de l'arbre aux mille pépites de fourmis,
chant de bonheur,
non pas d'humanité, car je ne la connais plus, ni de la terre,
car elle ne se connaît pas,
mais du lien,
qui fait mien ce grain de sable,
et autre mon propre corps,
et nôtre tout ce qui rassemble,
s'endosse et se prête, et s'interprète,
surface de l'océan au creux de la paume,
sourire de loup dans un sexe partagé,
présence partout, tout le temps, de tous
dans l'échange avec la terre,
c'était ça,

A ceux qui sont déjà
A ceux qui arrivent,
A tous les
Abgar Abraham Abélard Achod Adom Adela Adenor Ael Ahuura Aimata Alain Albina Anaïs Ana-Malia Anania Anastas Andranik André Anouchavan Apollina Aurélia Aoda Aodrenell Aramaniak Ararat Archalouïs Arc'hantael Aramaelle Arzula Asbed Aspet Assadour Atanas Athalie Atom Aude Audrey Auregann Aurken Aven Avétik Avétis Azaria Azeline Aznavour

A ceux qui vont ajouter
Leur nom de personne
A tous les
Babguen Badrig Badvagan Baghdassar Bagrat Barkev Barouïr Barounak Barsam Barsegh Barthélémy Bartev Bazé Bédros Benoit Benhad Bernard Bertrand Berdj Beryl Boghos Boris Brigitte Brinda Burak Buzand

A ceux qui vont faire le voyage
A ceux qui vont s’inscrire dans le livre
A tous les
Caleen Caroline Catherine Chabouh Charles Chintamanée Chahén Chant Chapouh Chavarche Chloé Christian Cinnamon Cindy Claire Claude Colline Corinne Coralie

A ceux qui devant l’écran
Vont le traverser
A tous les
Dadjad Daniel Daron Datev David Devy Devina Diana Didier Didon Dikran Diraïr Djivan Dolaine Donagan Doreen Dork Dzovag

A ceux qui
Au lac de mercure
Vont laisser un sillon
A tous les
Endzag Elmira Emma Ebony Eden Eleanor Elexus Eliana Elisabeth Elvia Emely Emory Eric Erin Ernest Esmeralda Esperanza Eugene Eulalia Edmonise Elvina

A ceux qui ont laissé
Leur manteau sur le bord
Du puits
A tous les
Falaï Faith Fapiola Fatima Fatricia Felix Féline Fernand Fiona Firmin Florent Flora Francesca Francine

A ceux qui n’ont jamais eu
De nom
A ceux qui vont le trouver
A tous les
Gaguik Gaïdzag Galoust Garéguine Garen Garnik Gasbar Ghazaros Ghévond Ghévont Ghoukas Gomidas Gorioun Gosdan Gourguen Grigor Guégham Guévorg Guilaine Guillaume Guiragos

A ceux qui récitent les prières
A ceux qui n’en connaissent aucune
A tous les
Hagop Haïkaz Haïrapet Hamazasp Hampartzoum Harice Haroutioun Hauwiti Heifara Heimana Henri Heremoana Hétoum Hina Hmaïag Hovakim Hovannès Hoviv Hovnatan

A ceux qui croient tout laisser
A ceux qui espèrent enfin trouver
A tous les
Ichkan Isahak Indranée Irmine Ivanny Iltuda Iltuden Iltudez Ioena Irène Ivan Ivona Izold Izolda

A ceux qui ont tout oublié
A ceux qui vont se rappeler
A tous les
Jabulani Jaro Jakeza Janig Jenovefa Jérémie Jérôme Jezkela Jildaza Jildarez Jiraïr Jomo Jonasi Jong Joseph Joramu Jotaku’uh

A ceux qui ne savent pas
Le nom de ce pays
A tous les
Kaline Kamila Kamla Karen Katalina Kaïtzak Karapet Karékine Kaspar Katchig Kégham Ken Kérop Khatchadour Khoren Knel Komitas Kor Korioun Kostan Kourken Krikor

A ceux qui cherchent
La voie
A ceux qui l’ont trouvée
A tous les
Ladji Lafon Lamine Laïla Langke Lasme Lat Latyr Laurent Lawal Laye Leke Lembani Leynywy Lernig Lernik Lévon Leena Lésina Loane Loma Loubna Luan Luane Lucianise Lucie Lysinge

A ceux qui marchent
A ceux qui rampent
A ceux que l’on porte
A tous les
Maeva Maga Maimiti Mairé Malia-Ana Maligaie Maliny Mamikon Manouk Marcel Markar Martiros Mareva Maria Martin Matéa Mathilde Maurice Melvina Mehèr Mekertitch Mirca Mo Moetia Myrtha

A ceux qui ont reconnu des leurs
A ceux qui seront toujours seuls
A tous les
Nahabed Nareg Narek Nathanaël Navassart Nazaret Nechan Neela Nersès Never Nilen Njongai Nkeng Nkhosinati Noélyse Noraïr Normad Noubar N’tishegun Nuf Nwankwo Nyenty

Aux puissants, aux riches
Aux dédaigneux, aux oublieux
A tous les
Obame Odile Ohan Okambawa Okan Okou Okwonkwo Olaoyé Olarewaju Olédie Onidra Onnik Orama Othello Othon

Aux humiliés, aux pauvres
A tous ceux qui sans habits
Rentrent ici vêtus de leur peau desséchée,
A tous les
Paghtassar Païlag Pamela Paramaz Parkev Parouïr Parounag Parsam Partev Patrick Patvakan Pazé Paytone Peggy Perdch Pétros Pricilla Poe Poehei Poeiti Poemoana Poenui Poghos Purag Puzant

A tous ceux qui ne savaient pas
A tous ceux qui n’y croyaient pas
A tous les
Rafael Razmig Rangariraï Régis Rémi Reunana Rifaz Rivanon Rivo Riwalen Riwana Robert Romadji Rose-May Rouben Rozena Runesu Ruvona

A tous les errants
A tous les éternels pérégrins
A tous les
Sahag Samvel Sarkis Sassoun Sainte-Rose Savélina Selvina Séranise Shannon Sheela Sidée Simla Sina Sloane Soana Sonia Stélina Sylvana Sérob Sétrag Sévag Siméon Siragan Sirakan Soghomon Sos Soukias Souren Stépan

A tous ceux qui se souviennent
Et qui sont prêts depuis longtemps
A tous les
Tahia Tahiapehiani Taïs Tatev Tatoul Tavit Tehani Tehiva Teiho Teio Télésia Teoru Terdat Térénig Thierry Tiare Tiarehau Tigrran Tiraïr Tiran Tufouma Tonakan Torkom Toros Tovmas Tzovak

A tous ceux qui vont aller
Jusqu’au bout
A tous les
Umayna Um-Kalthum Umniya Unique Uranie Urbain Uriell Ursule Usha

A tous ceux qui vont
Inscrire leur nom
A tous les
Vaena Vadim Vagharchak Vaghinag Vahé Vahine Vahram Vaihere Vaimitti Vainui Van Varaz Varoujan Vartan Valérie Vanina Varuna Veena Vilany Vartkés Vatchakan Vazrig Vortik Vosdan Vram Vramchapouh Vrej Vrouïr

A tous ceux qui vont
Trouver la paix
A tous les
Waïmalo Wasana Wamba Wambararia Wiland Wiyghan Wôlo

A tous ceux qui entrent dans cette maison
A tous les
Yacouba Yedes Yedo Yembe Yenka Yoan Yolaine Yoro Youssou Youssouf Yoweri Yva

A tous ceux là
Il est dit
A tous les
Zénon Zénop Rorhab Zoraïr

C’est ici que tout recommence
Car tout ce qui a été
Sera de nouveau